KlM-I

HISTORIQUE – CRÉATION DU KLM-INTERNATIONAL

Traduit par Germain Klein, Délégué pour l’Allemagne (gk 21.05.2013) 

 

Au début du 20 siècle, la renommée de nos Petits Münsterlanders a dépassé rapidement les frontières des régions allemandes (Länder) à la grande satisfaction des chasseurs. Le Club hollandais „Heidewachtel-Club“ a été fondé dès 1921. En 1947, il a été remanié. Dans les années 40, l’organisation d’épreuves du PEM glissa peu à peu de l’Allemagne vers l’Autriche. En 1935, une organisation de PEM a été fondée dans la République tchèque. Le Petit Münsterlander (PEM) a été élevé et présenté dans les pays Scandinaves. le Club danois du PEM a été créé en 1968, très dynamique, il s’est développé jusqu’à nos jours avec succès. En France et au Luxembourg, le PEM a été élevé et présenté avec succès.

Des épreuves internationales ont eu lieu principalement en Autriche et en République tchèque. On peut donc dire que le PEM avait déjà dans le siècle passé, une histoire internationale. Leur nombre était encore limité et, au-delà des frontières, les contacts entre éleveurs et conducteurs nombreux. Expositions et épreuves constituèrent les principales activités.

  1976 Epreuve de travail au Danemark

De gauche à droite : le mâle „Dirck“ 01182/75 et son conducteur E. Danielsen, Président du Club danois du PEM ; la femelle „Steengards Assi“ 26419/74, meilleure de race à Otterup en 1976, conducteur P. Porsild ; le mâle „Dachs von der Ochtum“ 74-0823 conducteur Rolf Kanngieser (Allemagne)

 

Malheureusement, après la deuxième guerre mondiale, le fossé se creusa de plus en plus entre les activités liées à l’élevage et celles liées au travail. C’était le fait de traditions, de biotopes, de modes de chasse ainsi que de règlementations différents. A cela il faut ajouter que les Clubs de race, en-dehors de l’Allemagne, ne sont pas indépendants car, cela est encore vrai de nos jours, ils dépendant de la FCI qui gère l’attribution des pedigrees. Il faut également noter qu’il n’existait pas de coopération systématique entre les pays ; quelques rares conducteurs et éleveurs se déplaçaient en-dehors de leurs frontières pour participer à des expositions d’élevage et des épreuves de travail.

Depuis les années 90, la participation aux épreuves de travail ou aux expositions de conducteurs étrangers de PEM se fit de plus en plus rare en Allemagne. Les contacts enrichissants, tout particulièrement avec les conducteurs étrangers des pays limitrophes, se limitèrent à quelques rares échanges dans le domaine de l’élevage. Le problème de l’apparition d’un nouveau type de chien se développa dans plusieurs pays, conséquence de pratiques différentes de la chasse d’un pays à l’autre.

Le caractère propre au PEM risqua de disparaître tout doucement pour s’adapter aux différentes variantes nationales. Entre temps, le nombre de naissances dans les pays étrangers a dépassé celui de l’Allemagne. La FCI, association internationale de Clubs de races, a effectivement veillé à conserver le standard de la race (morphologie et nature du poil) mais pas pour un standard de travail équivalent dans tous les pays. Un élevage de travail à un niveau international basé sur des critères comparables n’a malheureusement pas été possible.D’après notre conception, le PEM doit rester à long terme un chien de chasse polyvalent. Seulement, comment peut-on atteindre cet objectif?

En Allemagne, depuis quelques années, les clubs des chiens d’arrêt continentaux (Drahthaar, Braque allemand) ainsi que d’autres races comme le Teckel ont été les précurseurs pour la création de clubs mondiaux de leurs races. Des épreuves internationales, basées sur des règlements particuliers, ont été organisées. L’influence directe sur le développement et la gestion de l’élevage est très limitée puisque les décisions reposent entre les mains des organisations membres de la FCI et sont très différentes d’un pays à l’autre. Les rapports entre les clubs de races et les instances membres de la FCI sont également très différents d’un pays à l’autre. Cependant, au sein d’une organisation mondiale, il existe la possibilité de discuter, de coordonner, de mutualiser et prendre des décisions. Les échanges réguliers sur les expériences effectuées sont un point important et enrichissant.

 

Rencontre internationale le 29.09.2005

De gauche à droite : Lena Gillstedt (Suède), Bernd-Dieter Jesinghausen (Allemagne), Tom McDonald (Amérique du Nord), Dr. Jürgen Böhm (Allemagne), Henrik Raae Andersen (Danemark), Petr Buba (République tchèque), Urs Hoppler (Suisse), Cor Bottenheft (Pays-Bas)

 

C’est ainsi, après plusieurs réunions, que fut créé, au printemps 2006, le club mondial pour la race du Petit Münsterlander : KlM-International (KlM-I).

Quatre années furent nécessaires avant que huit représentants de Clubs nationaux étrangers se rencontrent le 20 mai 2006 à Fulda/Almendorf. Venus des USA, d’Autriche, des Pays-Bas, du Danemark, de France, de République tchèque, de Suisse et de Suède, les invités ont participé à l’Assemblée constitutive. La Belgique et la Norvège sont également devenus membres.

Beaucoup de questions furent posées :

  • Quel sont les objectifs que nous voulons atteindre?
  • Comment peut-on comparer les résultats obtenus en travail et en exposition?
  • Quelles sont les conditions à respecter au niveau de la chasse, de l’organisation et de la règlementation?
  • Quelles sont les traditions qui risquent de jouer un rôle important?
  • Est-ce que le Club allemand veut avoir la main mise pour mieux contrôler les Clubs étrangers?
  • Quels vont être les points importants à traiter dans les années à venir?
  • Quels vont être les avantages des éleveurs et conducteurs de PEM?

Les discussions allèrent bon train et les relations entre personnes s’améliorèrent peu à peu. Les échanges se prolongèrent tard dans la soirée, et aujourd’hui encore, les participants se souviennent avec nostalgie des bons moments vécus à l’hôtel Berghof dans le village d’Almendorf près de Fulda.

 

Création du KlM-I le 20.05.2006 à Fulda

Les membres fondateurs

 

Le lendemain, le Club mondial a été porté sur les fonds baptismaux, les statuts ont été adoptés et une Présidence élue. A côté du Président, issu nécessairement du pays d’origine de la race, on trouve également deux vice-présidents non allemands et un secrétaire proposé par le Président. Ont été élus avec Bernd-Dieter Jesinghausen : Cor Bottenheft des Pays-Bas et Henrik R. Andersen du Danemark. Le Dr Jürgen Böhm assura la fonction de secrétaire jusqu’en 2010 ; Jacqueline Mette lui succéda. Le KlM-I compte environ 10 000 membres. Chaque année naissent environ 2 700 chiots dans les pays membres.

 

Assemblée générale le 18.07.2010 à Nuremberg (Allemagne)

Les représentants des pays membres, de gauche à droite : Urs Hoppler et Ernst Krebs (Suisse), Atle Johannesen (Norvège), Jiří Kec et Petr Buba (République tchèque), Peter Hübler et Thomas Niederecker (Autriche), Cor Bottenheft (Pays-Bas), Nanda Adriaansen (Belgique), Tom McDonald (Amérique du nord), Henrik Raae Andersen accroupi (Danemark)

 

 

 

Un accord de coopération a été conclu entre le KlM-I, d’une part, et la FCI ainsi que le VDH d’autre part. La FCI devra toutefois s’employer pour que les bonnes intentions prises ne restent pas lettre morte.

Le premier grand projet devait être la création d’une épreuve internationale pour le PEM. Une commission composée des représentants des pays venus d’Autriche, de la République tchèque, des Pays-Bas, de France et d’Allemagne, ont travaillé pendant deux ans à la rédaction d’un règlement. Le Club allemand du Grand Münsterlander a également participé au projet. Des épreuves tests ont été organisées en Autriche et en Allemagne.

Tous les enseignements ont été soigneusement analysés et concrétisés par la rédaction d’un règlement portant le titre “ Internationale Münsterländer-Prüfung (IMP)“ qui fut accepté et validé lors de l’AG 2012.

Sur le long chemin qui nous reste à parcourir pour arriver à garantir une base d’élevage stable, saine et efficace à long terme pour le PEM, il faudra faire preuve de patience, de constance et d’une collaboration étroite pour pouvoir proposer des informations comparables, sûres en ce qui concerne l’élevage, les épreuves de travail, les risques pour la santé, les courants de sang, etc…

Nous souhaitons une même motivation à tous les participants! C’est la seule façon pour préserver, à long terme, et développer la valeur d’un potentiel qui est le résultat d’un élevage vieux de 150 ans.

 

 

 Le „chien stylisé“ a été créé en 2004 par Heiner Meiling et a été retenu comme logo du KlM-International.